L'Engagement et l'Europe
  • Description

    This event in the House of Europe in Paris with a moving theme "Engagement and Europe" inspired its audience with WikiTalks given by expert of different fields.

Dimitri Mauchien

L'Union Européenne: hydre à 28 têtes?
WikiStage ANAJ-IHEDN
  • Description

    "Je vais vous parler d'Europe, la princesse, pas le continent. Europe est la fille d'un roi phénicien - petite actualisation : la Phénicie correspond grosso modo aux territoires du Liban et de la Syrie actuels. Homère nous raconte qu'Europe, après avoir été séduite par Zeus - Bref, kidnappée - Elle aurait inspirée nos amis Grecs pour donner ce magnifique nom à notre vieux continent."

    "L'union fait la force, eh bien ce n'est pas un vain mot, ça marche, ce n'est pas un mythe, et c'est d'ailleurs même la raison d'être de cette "Union Européenne" ".

    "L'Union Européenne, elle pèse, elle fait peur. Vous m'autoriserez encore une fois de puiser dans ce vivier mythologique qui m'est cher, on a l'impression d'avoir une Hydre à 28 têtes. WOW - Effrayant ! On va pouvoir concurrencer l'Aigle Américain, les Tigres et Dragons Asiatiques, l'Ogre Russe..."

    "Je me pose la question de savoir : Est ce qu'aujourd'hui, on a la réponse à la question d'Henry KISSINGER; cette fameuse question qui est devenue mythique avec le temps : Does the EU have a phone number ? "





    www.wikistage.org

Djémila Boulasha

Comment vivre ensemble dans la Cité européenne?
WikiStage Maison de l'Europe de Paris 1
  • Description

    « Je voudrais faire mienne une citation d'Albert Camus qui dit que chacun d'entre nous (en parlant des artistes) a au fond de lui une source unique qui alimente, toute sa vie durant, ce qu'il est et ce qu'il dit... et je sais que pour moi cette source est ce monde de pauvreté et de lumière où j'ai longuement vécu et qui me préserve de deux dangers contraires, à savoir, la satisfaction et le ressentiment. »

    « Car comme le dit l'écrivain grec Yannis Kiourtsakis, les autres ne cessent de nous habiter et de nous transformer, nous les autres, nous formions en fait une petite société européenne, la Mitteleuropa, dans la vallée des anges. »

    « Il faut toutefois être lucide, et comme le dit le poète René Char, la lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. Donc la lucidité, même si elle est douloureuse, elle nous oblige en tout cas à porter un regard sans concession sur ce qui se passe actuellement en Europe. Parce qu'au sein de l'Europe, ce projet ne fait plus rêver. »

    « Alors comme disait Jacques Delors, l'ancien président la Commission, on ne peut pas tomber amoureux, en tout cas pour ma part amoureuse, d'un marché, j'espère ! Et je pense que c'est le cas également pour vous. »

    « Dans cette urgence sociale et face à cette grande colère des faits chers à Michel Foucault, et bien l'Europe, et nous, citoyens, nous avons l'impérieuse responsabilité de nous engager à agir. De nous engager à agir pour que, désormais, les droits des pauvres ne riment plus avec pauvres droits. »

    Djémila BOULASHA @WikiStage Maison de l'Europe Paris

     

Michel Tognini

Quelle est la place de l'Europe dans l'espace?
WikiStage Maison de l'Europe de Paris 1
  • Description

    « Je vais vous raconter une histoire grandiose qui m'est arrivée et je vais essayer de la partager avec vous. Mon histoire va répondre au final à la question : Quelle est la place de l'Europe dans l'espace ?

    C'était un jour, où il faisait beau, à Baïkonour [Kazakhstan] et après des années et des années d’entraînement, de rêve, de persistance, je me suis hissé au sommet d'une fusée Soyouz avec mon équipage et on est parti pour aller décoller dans l'espace.

    Je me souviens très bien, avant de monter dans la fusée, je regardai la fusée qui était très haute et j'ai vu le ciel bleu. Et c'est vrai que lorsqu'on regarde le ciel bleu, on a l'impression qu'il est bleu à l'infini, sans limites. »

    « Ça monte, ça monte comme ça. Et là on commence à voir par les hublots : on voit le ciel. Le ciel est bleu comme je l'ai vu avant le décollage. Le ciel devient bleu foncé, ça ce n'est pas habituel. Bleu nuit, violet et tout d'un coup le ciel est noir.

    Au moment où le ciel est noir,on continue à accélérer, ça prend à peu près 9 minutes, les moteurs s'arrêtent et là on flotte dans l'espace. C'est le grand silence, plus de moteurs, plus rien. »

    « Ce qui est bizarre, c'est qu'on regarde le sol. Quand vous voyez les cartes qu'il y a sur les mappemondes., on voit des traits qui représentent les différences entre les territoires. On s'aperçoit qu'il n'y a plus de trait entre les territoires mais il y a un trait entre la Terre et le ciel. »

    « Il y a une frontière entre la Terre et l'espace. »

    « On comprend bien que d'aller dans l'espace nous fait toucher du doigt les problèmes écologiques, les problèmes environnementaux, car si cette atmosphère disparaît – ce petit trait de 100km – on ne serait pas ici aujourd'hui pour vivre. »

    « Rappelez-vous que l'on a commencé à faire l'exploration par les mers avec des gens comme Christophe Colomb. À l'époque, c'était très important d'avoir l'accès aux mers. L'accès aux mers était une liberté qui donnait la richesse, la découverte, l'exploration. Aujourd'hui on doit continuer cette exploration avec les moyens que nous avons à notre portée, et la troisième dimension qu'est l'espace.

    L'accès à l'espace pour l'Europe est un moyen de cristalliser l'identité européenne, et ça permet d'avoir accès à des ressources et à des découvertes que l'on ne peut pas avoir si l'on n'a pas accès à l'espace. »

     

Thiébaut Weber

L'Europe est-elle notre avenir?
WikiStage Maison de l'Europe de Paris 1
  • Description

    « C'est un peu le début de mon histoire européenne, de mon Europe à moi, dans mon histoire familiale mais dans l'histoire de ma région aussi : l'Alsace, qui a connu beaucoup de bouleversements, mais qui, on s'en souvient un peu moins, depuis la nuit des temps, a toujours été un lieu de passage à une époque où le Rhin était en fait plus une succession de ruisseaux qui se franchissaient très facilement. Un lieu de passage plus qu'un fleuve et une frontière, comme on le connaît aujourd'hui. »

    « Un autre syndrome, c'est celui de l'Europe gendarme. Celle qui scrute le déficit public, les quotas de dette parmi les Etats membres. Alors, les règles qu'on s'est imposées, les règles qu'on s'impose toujours en matière budgétaire, économique, elles sont sans doute, et elles le sont, nécessaires, notamment parce qu'on partage une monnaie et parce qu'on a envie de se construire un avenir en commun. »

    « Un autre syndrome encore, c'est celui des conciliabules. Le Conseil européen, il se réunit la nuit, et on ne sait pas ce qu'il s'y passe. On voit les chefs d'états, on les prend en photo avant, et puis après les portes se ferment, et il y a beaucoup de choses qui se décident, en l'occurrence notre avenir, mais on ne sait pas ce qu'il s'est dit. »

    « Et puis alors, dernier syndrome, un petit clin d'œil, je suis syndicaliste, quand-même, c'est que l'on a eu une Europe, on a toujours une Europe aujourd'hui, qui même dans le droit européen, fait primer les libertés économiques sur les droits fondamentaux ou sur les droits des salariés et des travailleurs. »

    « Qu'est-ce qui pourrait nous faire rêver en matière d'avenir ? Alors nous, l'avenir, l'Europe telle qu'on l'imagine en tant que syndicalistes, on l'appelle l'Europe sociale. »

    « L'Europe sociale pour nous aussi, c'est une Europe qui garantit dans ses textes le progrès social, qui garantit dans ses textes la convergence des niveaux de vie, des niveaux de conditions de travail, des niveaux de salaire entre les citoyens. »

    « L'Europe sociale aussi pour nous c'est un salaire minimum européen. Alors d'abord un salaire minimum dans chaque pays, qui ne serait pas forcément du même montant, mais déjà le principe même d'un salaire minimum dans chaque pays. »

    « Enfin, il y a une dernière chose qui est importante pour nous c'est un plan d'investissement pour l'Europe. Ce n'est pas juste important, c'est urgent. La confédération européenne des syndicats, la CES, propose un plan d'investissement pour relancer l'Europe, pour relancer l'Europe de la croissance, pour relancer l'Europe de l'emploi, mais aussi pour construire un nouveau modèle de développement, un nouveau modèle de croissance. »

    Thiébaut WEBER @WikiStage Maison de l'Europe de Paris

     

     

Babette Nieder

Quel est l'impact de l'Europe sur ma commune?
WikiStage Maison de l'Europe de Paris 1
  • Description

    « A l'époque, l'anglais n'avait pas encore pris le dessus de la diversité linguistique. Ce voyage c'était l'initiation à trois thèmes forts qui accompagnent ma vie professionnelle: l'Europe, l'échange de jeunes et l'innovation. »

    « A la fin de mes études, je travaillais comme assistante de langue à Châtellerault tout en préparant le concours pour la Commission Européenne, lorsque Edith Cresson, à l'époque maire de Châtellerault et ministre des affaires européennes, me disait "L'Europe ce n'est pas seulement Bruxelles". »

    « L'Europe soutient la transformation. Comme dit le maire Uli Paetzel "Sans les fonds européens, des villes comme Herten ne pourraient pas investir dans leur avenir." »

    « L'Europe c'est un nouvel horizon et la rencontre avec l'autre. L'Europe est présente dans nos communes. Elle est dans notre vie de tous les jours. »

    Babette NIEDER @WikiStage Maison de l'Europe de Paris

     

     

Nadège Chambon

Pourquoi comprend-on mieux l'Europe en Inde?
WikiStage Maison de l'Europe de Paris 1
  • Description

    « Mon voyage en Inde a été une véritable révolution intérieure, ça a bouleversé ma façon de voir le monde, la manière de voir mon pays, la manière de voir aussi mon avenir professionnel. »

    « J'ai compris là-bas que la chose la plus urgente pour ma génération, c'était de construire l'Europe. »

    « Est-ce que vous saviez que les Indiens ont une espérance de vie sept fois plus longue que celle des Européens ? Vous avez bien compris : une vie sept fois plus longue que celle des Européens. »

    « J'ai vu là-bas, des gens dans des bidonvilles, dans une pauvreté extrême, ressentir la joie comme on ne la voit quasiment jamais chez nous, quand on est dans le métro, quand on est dans la ville. Notre richesse rime aussi beaucoup avec tristesse. »

    « Nous, nous ne représentons qu'un pourcent de la population mondiale, les Français, mais nous pesons plus parce que nous sommes plus riches que les Indiens. »

    « 2048 c'est la date à laquelle les Indiens auront un niveau de richesse par habitant qui sera le même que le nôtre. 2048, c'est bientôt, et la dynamique indienne, croyez-moi, est très puissante. »

    « Donc, j'ai vu ce dynamisme et je me suis dit : ''c'est formidable qu'enfin de ces situations de pauvreté extrême on puisse sortir, on puisse évoluer.'' Ça va dans le bon sens. Puis j'ai repensé à ces différences dont je vous parlais au début, et j'ai pensé à notre avenir. Que ferons-nous sur la scène internationale en 2048, mais aussi bien avant? »

    Nadège CHAMBON @WikiStage Maison de l'Europe de Paris

     

Catherine Lalumière

Pourquoi j'aime l'Europe?
WikiStage ESCP Europe 2
  • Description

    « Vous n’imaginez par l’enrichissement que l’on peut ressentir, les espérances que l’on peut ressentir, la curiosité d’en savoir encore plus que l’on peut ressentir. »

    « Aujourd’hui quand je vois monter l’euroscepticisme, les critiques…Les critiques sont saines, mais il y a un esprit critique pernicieux et négatif qui lui n’est pas sain, qui lui n’est pas constructif. Je vois aujourd’hui remonter à la surface des réactions, des sentiments dont on a fait l’expérience dans les années 30 et qui sont des sentiments extrêmement dangereux. »

     

Anne Houtman

Pourquoi ai-je transformé mon engagement européen?
WikiStage Maison de l'Europe de Paris 1
  • Description

    "What has my life changed a European commitment?

    Here's an American who said, '' That's what country, that, Belgium? '' And I replied '' Bah in Europe ''. I said '' I am European. '' And I have not stopped throughout this period in the United States, the six years I spent in the United States, to say I was European. It's a little party there that my first European commitment.

    A rather naive commitment, idealistic enough also strengthened by the experience that I had every day in the US, with my affinity with my friends, basically, especially Europeans, Italians, French, British, Germans , Austrians. We were all very different, they spoke different languages, we ate different things, we had our little different dishes, we brought our small products each year from us.

    But it still had many things in common. First film. There were European cinema, with however many differences between German films, Italian films, French films, but it was still not the same as American movies or Japanese cinema. It was European cinema.

    Then there was a very important thing: the table. And then we found it really because in all the diversity of our dishes, there was still one thing we had in common is that we wanted quality: quality of ingredients - and we did kilometers to find sweetbreads in the US - the quality of the kitchen. And also the quality of the time we are at the table, the table conviviality. We wanted, we spend hours at the table to discuss.

    There was something else, perhaps even more important, which brought us even though we had political cultures, economic, different institutional, that was our culture of doubt.

    There was much discussion of it throughout my years in America, I have discussed with my friends of this culture that we had to put things in question - which was, for us, very different from what we perceived American culture where there was a lot more certainty where things were often 'black and white', there was 'good, bad'.

    We we were somewhere more tolerant and in questioning, in challenging what was happening. It was really for me the beginning of the sense of European culture and the fact that I was European.

    So when I returned to Belgium, quite naturally, the first thing I wanted to do was pass a competition to come to the Commission.

    After a few years I ended up joining the Board and I kept for many, many years this very idealistic European commitment of a great Europe that brings together all these different people, and somewhere a bit smug commitment.

    I was a euro-blissful '.

    The next question is: what has really transformed this commitment?

    It was the crisis where economic divisions that had been allowed to grow between Member States - between North and South especially - have resulted in much stronger antagonism to much stronger differences, wars of words , prejudices wars. Wars stereotypes that I found very violent, very hateful.

    I thought it was no more. When I read in the German press that the Greeks were slackers who did not deserve to be helped - liars, fraudsters, all crooks. The Spaniards also, Italians too. And when I saw in the Greek press the Germans with the uniform of the Gestapo, swastikas who welcomed Chancellor Merkel when she went to visit Athens, I really understood that there was something that had exchange.

    I think this is the time that my commitment has really changed. The rise of populism made me realize that I had to act and I went to this European blissful to a more conscious European, more volunteer, who wanted to protect things of European unity I saw in danger.

    I really had this desire to discuss giving voice to people, talking to decipher. "

    Anne Houtman @WikiStage Europe House of Paris

     

Andreas Kaplan

What is European management?
WikiStage ESCP Europe 4
  • Description

    "Europe can be described as embracing maximum cultural diversity at minimum geographical distances and this cross-cultural component definitely needs to be integrated in the definition for European management"

    "The societal notion of the welfare state it's more pronounced in most European countries than in many other regions of the world"

    "The European manager needs to be adaptable for different social contexts due to different social, legal, political, economic, realities persisting Europe"

     

Search

Your Privacy

To allow for a better user experience, I agree to the use of cookies as stated in the Privacy Policy of WikiStage.